Les multiples visages du harcèlement

Le harcèlement psychologique peut survenir à tous les niveaux de la hiérarchie organisationnelle. Il peut se manifester entre des collègues de travail, des personnes en position d’autorité peuvent harceler des subalternes et à l’inverse des salariés peuvent harceler leurs supérieurs. Les personnes impliquées peuvent être un individu ou un groupe de personnes. Le présumé harceleur peut aussi venir de l’extérieur de l’entreprise. On pense alors au client, à l’usager, au fournisseur ou au visiteur.

À ces acteurs de premier plan, s’ajoutent les témoins. Les témoins d’une situation de harcèlement psychologique jouent un rôle important dans le maintien ou dans la cessation de cette conduite. En effet, ils peuvent contribuer collectivement à rompre ou à maintenir le climat de peur et de silence propre à une situation de harcèlement. La déposition de leurs versions des événements lors des démarches d’intervention peut faire une différence significative entre l’aggravation ou la cessation de la situation.

Les manifestations

Des comportements insidieux

Les comportements en cause dans le harcèlement psychologique sont multiples, insidieux et habituellement liés à des agressions cachées.

Le harcèlement peut se manifester de différentes façons comme :

  • empêcher la personne de s’exprimer – l’interrompre sans cesse, lui interdire de parler aux autres
  • isoler la personne – ne plus lui adresser la parole en public, ne plus lui parler du tout, nier sa présence, l’éloigner, la priver de moyens de communication (téléphone, ordinateur, courrier, etc.), empêcher les autres de lui adresser la parole
  • déconsidérer la personne – répandre des rumeurs à son sujet, la ridiculiser, l’humilier, mettre en cause ses convictions ou sa vie privée, l’injurier ou la harceler sexuellement
  • discréditer la personne – ne plus lui donner de tâches à accomplir, l’obliger à effectuer des tâches dévalorisantes, absurdes ou inférieures à ses compétences, la mettre en échec, lui imputer des fautes professionnelles, la dénigrer devant les autres
  • menacer, agresser la personne – hurler, la bousculer, endommager ses biens
  • déstabiliser la personne : se moquer de ses convictions, de ses goûts, de ses choix politiques, de son orientation sexuelle, de ses points faibles, faire des allusions désobligeantes sans jamais les expliciter, mettre en doute ses capacités de jugement et de décision.

Les multiples visages du harcèlement psychologique au travail
Il peut y avoir harcèlement psychologique à tous les niveaux de la hiérarchie : entre collègues, de supérieurs à subalternes ou vice versa. Tant des individus que des groupes peuvent être concernés. Le harceleur peut aussi être extérieur à l’entreprise. Il peut s’agir d’un client, d’un usager, d’un fournisseur ou d’un visiteur.

Les témoins jouent aussi un rôle dans une situation de harcèlement psychologique. Collectivement, ils peuvent contribuer à rompre ou à maintenir le climat de peur et de silence indissociable du harcèlement. En donnant leur version des faits, ils peuvent empêcher l’escalade du conflit et aider à y mettre fin.

Les conséquences

Conséquences du harcèlement psychologique sur les individus

Les conséquences du harcèlement psychologique sur les individus sont nombreuses et insidieuses. Elles sont souvent niées ou banalisées. Le harcelé n’est pas le seul à les subir. Ses proches en souffrent aussi, de même que les témoins de la situation.

Toutes les personnes touchées passent par une foule de sentiments et d’émotions. Sans intervention appropriée dans le milieu de travail, les conséquences du harcèlement psychologique peuvent dégénérer jusqu’à causer chez les individus concernés :

  • des problèmes de santé physique ou psychologique, tels que l’anxiété, les difficultés d’adaptation, la dépression, le stress post-traumatique, le suicide
  • des dépendances comme l’alcoolisme ou la toxicomanie
  • des difficultés professionnelles, voire une perte d’emploi
  • des pertes financières importantes
  • des difficultés familiales ou conjugales
  • des absences et même des invalidités.

Conséquences du harcèlement psychologique sur les entreprises

Les conséquences du harcèlement psychologique sont nombreuses et insidieuses. Elles sont souvent niées ou banalisées. Le harcelé n’est pas le seul à les subir. Le harceleur en souffre aussi, de même que les témoins, leurs proches et l’ensemble de l’organisation.

Pour l’entreprise, les conséquences comportent

  • une perte de productivité
  • une perte d’intérêt et d’engagement des employés à l’égard du travail
  • une diminution de la qualité des services
  • une augmentation du risque d’erreur.

Plus le problème est grave ou perdure dans le temps, plus ses conséquences risquent de s’étendre à d’autres dimensions de l’organisation. Ainsi :

  • les salariés risquent de perdre confiance en leur employeur
  • l’image de l’entreprise peut être ternie
  • l’absentéisme peut augmenter, de même que le roulement de personnel, et il peut devenir difficile de recruter
  • il risque d’y avoir plus de vandalisme, de dommages à la propriété, de violence physique au travail
  • des coûts légaux peuvent s’ensuivre, de même que des augmentations de primes d’assurances collectives et le versement de compensations financières.

Les conséquences néfastes du harcèlement psychologique sont généralement durables. Souvent, elles ne se terminent pas avec la fin du harcèlement, mais seulement avec le rétablissement d’un climat de travail sain dans l’entreprise.

Les dispositions de la Loi sur les normes du travail reflètent une volonté, au Québec, de mettre fin au harcèlement psychologique en milieu de travail et d’en limiter les conséquences. Agir à la source pour le prévenir et, s’il le faut, intervenir efficacement sera bénéfique pour tous.

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec